D  énommer "Auxonne" ou même "Assona" la bourgade qui s'était développée à cette époque sur le territoire de la cité moderne ne reposerait sur aucune donnée connue.
Les archéologues ont fait parler les vestiges. Ils nous apprennent que le site antique localisé sous le centre de la ville moderne existait à l'époque gallo-romaine.
Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'activité humaine concentrée sur le site de la ville d'aujourd'hui ne correspondrait pas à un passage de Saône. En effet, les principales voies antiques identifiées couraient alors de Dijon à Saint Jean de Losne et de Mirebeau à Pontailler et passaient à l'écart du site.
Le site d'Auxonne aurait plutôt été un relais pour une voie qui longeait la Saône de Pontailler à Chalon sur Saône.
C'est la découverte au lieu-dit "Les Trois Maisons", à 2 Km du centre d’Auxonne, en face de la mare aux Cloches, d’un des milliaires (Voir notes ci-dessous) qui la jalonnait qui vient accréditer cette thèse. Pierre Camp, notre historien local contemporain ajoute :
"La pierre, découverte en 1816, perdue, puis retrouvée en 1923, bien que mutilée laisse découvrir l'inscription suivante restituée par Lejay dans les «inscriptions antiques de la Côte d'Or »".
Toujours d'après Pierre Camp, ce milliaire se trouvait à la date d'édition de son ouvrage (1960) à Poncey-les-Auxonne (Poncey Les Athée).
Notre historien local nous fait part de son regret que :
"que sa mutilation nous laisse ignorer le détail le plus précieux, qui serait la distance à la station voisine"



Inscriptions du milliaire découvert aux Trois Maisons et leurs explications :


IMP. CAES.

TRAIAN. HA

DRIAN [aug]

P.M. [tr] POT [ ]


COS II.


IMP pour imperator, CAES ou CAS pour caesar (Titre)
---
Traianus Hadrianus Augustus
(Il s’agit de l'empereur Hadrien (76-138))

---
P.M. : pourrait indiquer : Pontifex maximus ?
POT : pourrait indiquer une puissance tribunicienne
Cette mention est normalement suivie d'un chiffre qui indique le nombre de renouvellements annuels
---
COS II : indique un titre de consul pour la 2° fois
(Ce qui pourrait dater cette inscription en 118
Il fut consul III en 119.)

 

 

un milliaireFragment de borne milliaire portant la mention de Vesontion (Besançon)
Début du IIème siècle après J.-C.
Musée archéologique de Besançon
un milliaireMillière de Claude
Trouvé sur la voie Domitia
Musée archéologique de Nîmes
Milliaire : Se disait des bornes érigées tous les milles romains (1481 mètres) sur les voies pour guider les voyageurs.
Ces bornes milliaires portaient souvent des inscriptions mentionnant la distance, mais aussi le nom de l'empereur. On pouvait aussi y trouver la formule «fecit», «refecit», «restituit (réparer) », ce qui permettait de dater les travaux.
Le site d'Auxonne,
un relais pour une voie de Pontailler à
Saint Jean de Losne


 

 L  'agglomération aurait été comprise à l'Ouest, entre la berge de la Saône (rive gauche) et une nécropole à l'est qui fut localisée en 1842, au sud de la place d’Armes, avec la découverte d’une grande quantité d’urnes cinéraires dans un chantier de construction.
D'autres restes de constructions en briques, avec double voûtes, signalés dans le "Pré de rente du Clos-Minot", et interprétés comme ceux d’un aqueduc, pourraient tout aussi bien se comprendre comme des restes de thermes.
Signalons aussi que les découvreurs ont mis à jour «quantité de débris de grandes amphores retrouvées dans le sous-sol de la ville» et les traces d’un mode de construction repérées également sur d’autres sites du Val de Saône (mortier de chaux et de briques pilées avec trace de bois et paille).
Les amphores du centre ville, les découvertes faites par les dragueurs dans la rivière ainsi que la localisation du site en bordure d’une voie d’eau permettent d’envisager la présence d’un port à Auxonne.

Les séries monétaires découvertes, en particulier lors de la destruction d'une partie des remparts de l'époque moderne s’échelonnent d’Auguste (-27 av. j.-C. à 14) à Constance-Chlore. (Constance-Chlore : Flavius Julius Constantius Chlorus (305-306).

SOURCES :
  - AUXONNE - Monographie du site - De Michel MANGIN et Jacky BÉNARD - (Les agglomérations Antiques de Côte d’Or. Sous la direction de Jacky BENARD, et de Michel MANGIN, René GOGUEY, Louis ROUSSEL) - Annales Littéraires de l’Université de Besançon, n°522. Diffusion : Les Belles Lettres, 95, Bd Raspail, 75006 PARIS
- [Vercier(M.).- Mem. CACO, 18, 1922-1926, compte-rendu des travaux, p. LVII])
 
- "Histoire d'Auxonne au Moyen Âge" de Pierre Camp.


 

Édition 2014