Ce bâtiment de style néo-gothique, revêtu de son habit de briques rouges ajoute sa touche colorée et harmonise l'ensemble historique de la place d'Armes

La façade de l'Hôtel de Ville

Ce bâtiment de style néo-gothique, avec sa façade joliment revêtue de son costume de briques rouges et son toit recouvert d'ardoises, qui se dresse fièrement à l'angle de la place d'Armes abrite aujourd'hui l'Hôtel de ville. En des temps beaucoup plus lointains cette demeure accueillit les plus hauts personnages du duché puisque c'était la résidence réservée aux Ducs de Bourgogne lorsqu'ils séjournaient à Auxonne.

Pierre Camp, historien local(1), nous précise que Marguerite de Bavière, veuve du duc Jean Sans Peur, (assassiné à Montereau le 10 septembre 1419), séjourna de longs mois en cette résidence, soit seule, soit en compagnie de sa belle sœur ou de ses filles. Son principale séjour s'étend d'octobre 1422 au 22 avril 1423.
Son dernier séjour avant sa disparition, s'est effectué du 07 au 14 septembre 1423. Le 23 janvier suivant, la duchesse s'éteignait à Dijon.

Le rattachement de la Bourgogne à la couronne de France en 1479 fit de ce bâtiment la Maison du Roy, et c'est le gouverneur qui en devint le locataire.

La ville en devint le propriétaire en 1811 pour y installer la mairie. Il fallut alors redonner à cette vieille demeure une nouvelle jeunesse. C'est Phal-Blando, architecte de la ville qui en fut chargé. C'est à cet habile architecte (chargé entre autres de la restauration de l'Église) que l'on doit la réalisation, en 1857-1858, de cette façade si réussie.
Le visiteur attentif découvrira les armoiries de la ville, gravées dans la pierre, au-dessus de la porte


 
La baie gothique

Côté jardin, la façade passionnera davantage les connaisseurs (et même les amateurs) de l'architecture du style "Renaissance" en leur présentant une magnifique baie datant de la fin du XVème siècle

La baie gothique

Pierre Camp(1) nous révèle quelques uns des personnages historiques qui trouvèrent gîte et couvert dans cette demeure : outre Marguerite de Bavière et ses filles citées plus haut on peut ajouter, le gouverneur d'Auxonne, Du Plessis-Besançon, mort en ce logis le 6 avril 1670, le duc d'Épernon gouverneur du duché et des villes et du château d'Auxonne entre 1651 et 1660, le duc d'Enghien, fils du grand Condé, venu inspecter les fortifications d'Auxonne le 12 août 1679 ; il y reçut les compliments de tous les corps constitués de la ville et soupa dans la grande salle avec sa suite.


(1) - Dans ses ouvrages : "Histoire médiévale de la ville d'Auxonne" et "Guide Illustré d'Auxonne" disponibles à la bibliothèque d'Auxonne



Édition 2009/2015